Les Murs de l'univers de Paul Melko

Publié le par Jean-Louis Dragon

Les Murs de l'univers de Paul Melko

Mode SP Livre lu en 2011 - Éditions Castelmore

Nombre de pages : 448

ISBN-10: 2362310175

ISBN-13: 978-2362310171

Présentation de l'éditeur :

Vous rêvez d'une seconde chance ? Méfiez-vous !
John Rayburn menait une vie tranquille jusqu'au jour où il tombe face à face avec son double, tout juste débarqué d'un univers parallèle. Il se laisse alors tenter et essaie l'étrange machine qui permet de voyager à travers le multivers. Un rêve !
Sauf que John découvre bien vite qu'il s est fait avoir: impossible de faire marche arrière et de retourner dans son monde... Son double s'est bien gardé de lui dire que la machine ne fonctionnait que dans un sens !

Mon avis :

Le sujet des mondes parallèles est presque un sujet banal, aussi a-t-il été déjà exploité plus d'une fois dans le monde de la S.F aussi bien en littérature, qu'au cinéma qu'à la télévision comme dans « Sliders ».

Et dans les « Murs de l'Univers », le principe est le même que dans « Sliders » sauf que le personnage principal est un peu plus jeune, mais il passe aussi de monde en monde seul sans espoir de retour. La seule différence c'est qu'il ne glisse pas, il chute d'une part, et d'autre part, il ne déclenche pas de vortex avec son appareil.

Mais en gros, on n'en revient au même principe. Oh bien sûr, l'intrigue est différente. L'avantage, ici, c'est qu'on est en présence d'un « One-Shot », même si une suite est envisageable et que l'écriture est légère, simple et fluide. Et comme l'intrigue tient la route, on a de quoi passer un sympathique moment. Ce moment ravira les lecteurs ados, mais je me souviens qu'ado mes lectures SF étaient bien plus complexes que ce que j'ai pu trouver dans « Les Murs de L'Univers », alors je pense qu'à partir de 11 ans, les lecteurs peuvent aussi trouver leur compte.

Aux premiers abords, j'ai été gêné par la façon qu'a eu l'auteur d'amener les choses. Cela m'a paru complètement ridicule, sans fondements et sans explications sérieuses. Et puis, je me suis laissé emporté par l'intrigue, j'ai pris même du plaisir à passer d'un « John » à l'autre et j'ai trouvé le tout, même s'il y a manque de profondeur évident par moment, rondement bien mené.

Bref, j'ai passé un agréable moment de lecture, même si je me suis fait la réflexion que l'auteur aurait pu aller beaucoup plus loin. Mais bon, le roman étant une « novella » à la base, c'est déjà bien et puis les choses simples ne sont-elles pas souvent les meilleures ?

Note globale : 15,5/20

Publié dans Auteur Lettre M

Commenter cet article