SS-GB de Len Deighton

Publié le par Jean-Louis Dragon

SS-GB de Len Deighton

Mode SP livre lu en février 2017 Éditions Denoël
Nombre de pages : 464
ISBN-10: 2207135470
ISBN-13: 978-2207135471

Présentation de l'éditeur :

Angleterre, 1941. Londres est occupé par l'armée nazie. Churchill est mort, le roi George croupit au fond d'une cellule et la loi martiale terrorise le pays. Douglas Archer, commissaire à Scotland Yard, se voit confier une enquête de la plus haute importance : le Dr Spode, brillant physicien qui travaillait pour les nazis, a été assassiné et retrouvé avec d'étranges brûlures sur les bras. Et si ce meurtre était le signe avant-coureur de bouleversements autrement plus graves ? Et si le monde était sur le point de changer pour toujours ? SS-GB, un classique de l'uchronie, à (re)découvrir d'urgence !

Mon avis :

Je suis déçu par ce livre présenté comme soi-disant une uchronie.
Dans la définition stricte de l'uchronie, ce n'est pas faux, ce roman l'est, mais en réalité, on est juste en présence d'un polar qui se situe dans une Angleterre en 1941 vaincue par Hitler.
Len Deighton n'invente rien puisqu'en vérité, son histoire aurait pu se passer en France qui, elle, a bien été occupée par les Allemands.
Sauf que si ça c'était passé en France, les personnages n'auraient pas passé leur temps à boire du thé.
Il faut croire que même en temps d'occupation, c'est là, la préoccupation "Number One" des Anglais.
De toute façon, c'est à ça qu'on reconnait la littérature anglaise : les personnages passent leur temps à boire du thé.
Rho, je plaisante mais oui, bon, j'avoue, ça aussi, ça m'a agacé...
Mais surtout, j'ai été vraiment déçu par ce roman présenté comme une perle SF des années 70.
Où est le côté SF ?
Peut-être que le livre a mal vieilli ?
Et l'intrigue est une intrigue de polar : un meurtre sur fond d'espionnage et de bombe H.
Ce livre est un bon polar, très bien écrit, mais en matière d'uchronie, j'en espérais plus.
C'est trop simple de dépeindre une Angleterre occupée en sachant que, pour les exemples de la vie quotidienne, il suffit d'aller chercher dans les archives du voisin.
Non, quand on me met en guise de sous-titre : "Et si Hitler avait gagné la guerre ?" ; je prévois une réponse d'un point de vue mondiale ! Je ne m'attends pas à être bloqué à Londres, encore moins dans les 40 ! Car dans mon esprit, la guerre n'est pas encore finie !
Bah oui !
Bref, oui, je suis déçu, mais attention, attention, ce roman n'est pas mauvais pour autant. Il reste même plutôt bon.
L'intrigue est correcte. Un polar sur fond d'espionnage dans un Royaume-Uni occupé par les Allemands pour le côté uchronique. On n'apprend pas grand-chose de plus lorsqu'on connait un peu l'histoire de la France occupée, mais Len Deighton transpose et dépeint bien. Les descriptions sont bonnes. Tout comme le style d'ailleurs. La plume est rythmée; Deighton ne digresse pas et va droit au but. En général.
Les personnages sont intéressants. Cependant, je ne me suis pas assez attaché à eux. L'auteur ne rentre pas assez dans leurs souvenirs, dans leurs mémoires et dans leur intimité pour qu'on s'attache à eux. Du coup, Douglas Archer parait comme un personnage brillant, mais un peu morne également. Il semble un peu ennuyant pour ne pas dire chiant. Harry Woods parait plus cool, mais on ne le voit pas assez.
Par contre, j'ai bien aimé la chute finale. J'ai trouvé la fin assez inattendue !
Donc pour résumer, en ce qui concerne, le côté polar sur fond d'espionnage, Len Deighton a réussi sa mission. Par contre en ce qui concerne, le côté uchronique, je suis déçu car j'attendais beaucoup plus. Mais vraiment beaucoup plus.

Note globale : 12/20

Publié dans Auteur Lettre D

Commenter cet article