Aux frontières de l'humain de Denis Vidal

Publié le par Jean-Louis Dragon

Aux frontières de l'humain de Denis Vidal

Mode SP livre lu en février 2016 - Alma Éditeur

Nombre de pages : 300

ISBN-10: 2362791742

ISBN-13: 978-2362791741

Présentation de l'éditeur :

En rassemblant neuf enquêtes ethnographiques et historiques menées en Inde et en Europe sur les dieux, les robots, les figures de cire, les images sacrées, les momies de sirènes et la sculpture contemporaine, Denis Vidal propose un point de vue totalement inédit. Il montre comment les sociétés et les individus mettent depuis toujours une énergie et une ingéniosité peu commune non seulement pour définir et préserver la frontière entre humains et non humains, mais aussi pour en jouer et la transgresser de toutes les façons possibles et imaginables. Que résulte-t-il de cette volonté de brouillage, que ce soit dans le domaine religieux, politique, technologique, esthétique ou simplement ludique ? En bon explorateur, l'auteur identifie les implications, note les paradoxes et nous emmène dans une passionnante odyssée où tout commence par d'étonnantes histoires.

Mon avis :

Je dois dire avant d’établir cet avis que je ne m’attendais vraiment pas à ça en choisissant ce bouquin et que je me trouve désarçonné dans le sens où j’ai beaucoup appris, mais sans prendre de réel plaisir.
Je ne peux que louer le savoir de l’auteur, mais n’étant pas expert en anthropologie, je ne pouvais parfois que le croire sur parole sans parfois comprendre le but du pourquoi du comment.
En réalité, je m’attendais à une enquête historique plus poussée et à moins d’argumentations.
Cette argumentation est assez étouffante et j’ai souvent décroché face à celle-ci en raison des termes et des références anthropologiques. Quand j’ai vu qu’on nous renvoyait à 224 notes en fin de livre, j’ai su aussitôt que ça allait être un peu plus compliqué que je ne l’imaginais.
Et pourtant, il faut tirer le chapeau à l’auteur qui garde une plume concise et fluide. Ce n’est pas réellement de sa faute si je n’ai pas apprécié toute la teneur de son discours, c’est juste du fait de mon ignorance et parce qu’en définitif le sujet ne m’intéressait pas plus que ça.
Mais qu’en est-il de ce sujet ?
Le but de Denis Vidal est de nous prouver que notre façon de voir le monde n’est pas seulement régit par nos sens, mais il dépend aussi de la manière que peut par exemple avoir un artiste à transcender une figure, une œuvre etc. et également de l’interprétation que nous faisons de celles-ci.
Pour ma part, je n’avais pas besoin de tant d’argumentations pour être convaincu et je me suis malheureusement beaucoup perdu dans cet exposé.
J’ai été un peu déçu par le chapitre 3, j’en attendais plus au niveau historique. J’avais peut-être aussi envie de rêver. Au contraire, les chapitres 7 et 8 m’ont beaucoup plu et ont rehaussé mon intérêt. Peut-être en raison d’un petit côté SF à l
a sauce Asimov.

En définitif, ce livre est destiné à ceux qui baignent dans l’anthropologie avant tout. Il est évidement ouvert au lecteur lambda, mais ce dernier devra bien s’accrocher et ne pas hésiter à doubler sa documentation pour jouir du labeur que nous offre ici Denis Vidal.

Note globale : 12/20

Publié dans Auteur Lettre V

Commenter cet article