Tout le monde te haïra d'Alexis Aubenque

Publié le par Jean-Louis Dragon

Tout le monde te haïra d'Alexis Aubenque

Mode SP Livre lu en novembre 2015 - Éditions La Bête Noire Robert Laffont

Nombre de pages : 432

ISBN-10: 2221159349

ISBN-13: 978-2221159347

Présentation de l'éditeur :

En Alaska, la ruée vers l'horreur a commencé. La première enquête de Tracy Bradshaw et Nimrod Russell. White Forest, petite ville côtière du sud de l'Alaska, est en émoi. Pris dans les glaces, un navire ayant sombré en 1920 vient d'être découvert. Les corps des marins en ont été extraits, mais manquent à l'appel ceux d'une centaine d'orphelins... C'est dans cette étrange atmosphère que débarque Alice Lewis, avec l'espoir de retrouver sa soeur disparue. Elle engage aussitôt un ancien flic au passé trouble devenu détective privé, Nimrod Russell. De l'autre côté de la ville, la lieutenante Tracy Bradshaw récupère une sordide affaire : pendu par les pieds dans sa grange, un notable a été éventré à l'aide d'un hakapik, l'arme inuit servant à abattre les phoques. Envers, et surtout contre tous, les deux ex-coéquipiers, Tracy et Nimrod, vont devoir travailler ensemble alors que plane sur eux l'ombre des enfants disparus.

Mon avis :

Je n’y mettrai pas non plus ma main à couper, mais je sais que je prends tout de même peu de risque à certifier que tout le monde appréciera le style fluide et agréable d’Alexis Aubenque ici.
Tout le monde te haïra est un roman aux accents de thrillers. Un roman certifié conforme au genre et qui respecte les codes tant chéris par certaines maisons d’éditions.
Donc, j’ai aimé ce roman pour son style très fluide, très plaisant et très bien brossé. On retrouve ici de bons dialogues, des descriptions simples et efficaces, une intrigue de départ classique, mais bien trouvée. Les personnages pourront paraître un peu traditionnels pour le genre, mais je suis certain que beaucoup aimeront celui de Nimrod Russell.
Alexis Aubenque narre à la troisième personne du singulier avec brio puisqu’il profite de ce mode de narration pour flirter avec plusieurs points de vue. On passe notamment de celui de Nimrod à celui de Tracy en passant par celui de Vassili.
Le décor aussi est bien planté. Une intrigue en pleine Alaska, ça change. Brrr…
Alors les descriptions sont simples et efficaces, mais...
Mais par moment, j’aurai aimé plus de profondeurs. On voyage, mais l’empreinte n’est pas complète. Il manque pour moi quelque chose. Le ton n’y est pas toujours. Pourtant l’auteur fait beaucoup d’efforts en ce sens…
L’intrigue, quant à elle, est bien trouvée, mais…
Mais, j’ai trouvé qu’elle manquait un peu de profondeur. En effet, Alexis Aubenque insère beaucoup d’indices, de détails, de scènes qui ne sont pas suffisamment exploités à mon goût. Beaucoup de questions sont restées sans réponses ! Peut-être prévoit-il une suite ? Ou peut-être trouverons-nous d’autres romans avec ces mêmes personnages ?
J’aurai aimé que l’auteur brise ces codes tant chéris par certaines maisons d’éditions. Je l’ai senti parfois frileux, parfois frustré et je suis sûr qu’il aurait aimé aller beaucoup plus loin par moments.
Quant au dénouement, je l’ai gobé à moitié. Oh bien sûr, je ne vais rien reprocher à l’auteur, car je trouve qu’il a bien bien travaillé et bien fignolé son histoire. Cependant, je me demande si lui-même a cru vraiment à celle-ci. En effet, à un moment, il se justifie trop par le biais du personnage de Nimrod. J’ai eu donc l’impression qu’il n’était pas convaincu lui-même par ce qu’il racontait. Comme s’il plaidé coupable et reconnaissait que tout ceci était trop gros.
Et pourtant… ça tient la route au fond ! Si, si !
Bref, le style est fluide, plaisant, mais le ton n’est p
as toujours convaincant.


Voilà mon ressenti pour ce roman qui reste tout de même bon et que je recommande à ceux qui aiment les thrillers typiques made in U.S (c’est vrai) et qui n’ont pas froid aux yeux !

Note globale : 15/20

Publié dans Auteur Lettre A

Commenter cet article