La République du catch de Nicolas De Crécy

Publié le par Jean-Louis Dragon

La République du catch de Nicolas De Crécy

Mode SP "spécial Prix SNCF du Polar Sélection 2016"

Livre lu en novembre 2015 - Éditions Casterman

Nombre de pages : 220

ISBN-10: 220309558X

ISBN-13: 978-2203095588

Présentation de l'éditeur :

Avec La République du catch Nicolas De Crécy signe son retour chez Casterman.

Et quel retour !
Dans une ville aux airs de New York sur Loire, il nous campe un polar déjanté, dans lequel un marchand de piano mélancolique, bigleux et beaucoup trop petit donne du fil à retordre à sa famille mafieuse.
Bébé maléfique, manchot pianiste, courses poursuite et combat de catch entre fantômes, l imagination de Nicolas de Crécy ne connaît pas de limite.
Un très grand cru de 200 pages qui nous rappelle le jubilatoire Léon la Came.

La République du catch, manga prépublié entre juillet 2014 et janvier 2015 dans la revue japonaise Ultra Jump, est publié en simultané au Japon par la Shueisha Publishing.

Mon avis :

Une BD manga décalée signée par un auteur français, mais qui a été conçue pour un éditeur japonais en premier lieu. On trouve donc logiquement tous les ingrédients chers à la culture nipponne.

L’édition française est aussi très sympathique. La couverture cache d’ailleurs une belle surprise.

Je ne vous dis rien, c’est une surprise.

L’intrigue nous enfonce dans les coulisses d’une entreprise mafieuse style «Yakusas sous l’égide du catch. Dès le début, on sent le côté décalé, le coté absurde en raison des personnages tout droit sortis d’une autre dimension — un manchot qui joue du piano, ce n’est pas commun, si ? — et en raison de cette mythologie shinto des fantômes et divinités qui s’incruste totalement dans le récit.

Et le ton reste très sérieux, ce qui rend l’univers encore plus burlesque.

On est vraiment dans une autre dimension et on s’éclate bien. Le coup de crayon est très bon, le scénario est aussi bon et plein d’énergie, mais la force première de ce manga, ce sont les personnages complétement hors-normes et extraordinaires.

J’ai vraiment adoré leur empreinte sur cette BD manga, j’ai passé un très bon moment et je regrette juste de n’avoir pas eu encore une centaine de pages à tourner.

La fin est le seul gros hic pour ma part, car pour le coup, je suis vraiment resté sur ma faim. Et difficile de savoir s’il y aura une suite…

Bref, une BD manga que je recommande aux fans de la culture nipponne et à ceux qui aiment les choses décalées, absurdes et qui sortent de l’ordinaire !


Note globale : 16/20

Publié dans Auteur Lettre D

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article