Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n'avions pas été toi et moi de Albert Espinosa

Publié le par Jean-Louis Dragon

Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n'avions pas été toi et moi de Albert Espinosa

Mode SP Livre lu en 2013 - Éditions Grasset

Nombre de pages : 256

ISBN-10: 224678428X

ISBN-13: 978-2246784289

Présentation de l'éditeur :

Madrid, 3h du matin. La mère de Marco, une célèbre chorégraphe, est morte la veille – et pour lui, sans elle, rien ne peut plus être comme avant. Il nous parle du sommeil, des rêves, du bien que cela lui procure en attendant le médicament qui lui permettra de ne plus jamais dormir.
Marco a un don : il voit dans les souvenirs des gens, et la police fait souvent appel à lui. Aujourd’hui, on lui demande d’examiner « l’étranger », pour tenter de découvrir son passé et sa véritable identité. Leur rencontre se révèle surprenante car ils possèdent le même don. Ayant inversé les rôles, l’ « étranger » le supplie de l’aider à s’échapper.
Une fable sur la perte, la douleur et l’amour, empreinte de tendresse mélancolique. Jusqu’où serions-nous prêts à aller pour retrouver un être qui nous a été cher ?
Un roman qu’on lit d’une traite, d’abord étonné puis captivé, et transporté dans une autre galaxie
Un best-seller à la fois ingénu et transgressif, d’une totale originalité, hymne à l’amour impossible sur terre et peut-être ailleurs.

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce livre à la fois fantasmagorique et pragmatique. C'est un livre qui s'inscrit dans la littérature générale, mais qui veut toucher à plusieurs styles sans vraiment se mouiller. Ainsi, on flirte avec le roman d'anticipation et l'auteur amène de sacrées bonnes idées qui auraient pu faire passer ce livre pour un excellent Thriller SF.
Mais non, ce n'est pas là le but de l'auteur qui veut nous impliquer dans une intimité profonde tout en gardant une certaine de pudeur.
Ainsi, s'il ne mâche pas ses formules et ses allégories sexuelles nombreuses, on ressent tout de même beaucoup de retenues et donc une certaine tiédeur dans les sentiments.
C'est un style qui fait de ce roman un joli conte d'anticipation à tendance "new-âge".
Et pourquoi pas ?
Quant à la comparaison à Stephen King, elle est maladroite. Espinosa a un style aérien et une fluidité certes, mais est très loin de la profondeur de Steph
en King...


Un livre que je recommande néanmoins et qui se lit partout sans prise de tête.

Note globale : 16/20

Publié dans Auteur Lettre E

Commenter cet article