Les dix plus beaux jours de ma vie d'Adena Halpern

Publié le par Jean-Louis Dragon

Les dix plus beaux jours de ma vie d'Adena Halpern

Mode SP Livre lu en avril 2015 - Éditions Mosaïc

Nombre de pages : 288

ISBN-10: 2280333406

ISBN-13: 978-2280333405

Présentation de l'éditeur :

Malencontreusement renversée par une Mini Cooper alors qu’elle promenait sa chienne, Alexandra Dorenfield, 29 ans, se réveille au paradis. Et découvre, ébahie, qu’on y exauce tous ses vœux : elle a le droit d’emménager dans la maison de ses rêves, dispose d’un dressing de folie, et peut se gaver honteusement de gâteaux et de chocolat sans prendre l’ombre d’un microgramme… Pas de doute, elle se trouve à l’étage VIP du paradis. Et comme la perfection est bien de ce monde céleste, son nouveau voisin, Adam, est à tomber.
Mais voilà, pour rester au paradis version septième ciel, il y a une condition. Prouver qu’on le mérite. Faire le récit des dix plus beaux jours de sa vie sur Terre. Si Alexandra échoue à cet examen, elle dégringolera de plusieurs étages… Adieu dressing, amour et chocolat ! Autant dire l’enfer.

Mon avis :

Nous sommes en présence ici d'un roman touchant et qui apportera à celui qui le lit une touche de douceur à son quotidien.
Évidemment, pour apprécier pleinement la saveur, il faudra prendre certaines choses au septième degré !
Pour ma part, j'ai apprécié cette lecture légère. C'est agréable ! L'idéal pour reposer ses neurones entre deux lectures plus sérieuses par exemple ! Ça se lit très, très vite aussi !
Le récit est écrit à la première personne du singulier (classique dans ce genre de roman) et le style est très populaire. Ici, ça ne veut pas dire que c'est mal écrit (non, vraiment le style est correcte), l'auteure a juste fait en sorte de pouvoir toucher un maximum de monde (en gros, je dis ça pour ne pas répéter le mot populaire).
L'intrigue est originale. L'humour est au rendez-vous et parfaitement conjugué avec des passages plus graves teintés d'émotions.
Oui, c'est parfois, attendrissant, très attendrissant...
La conception du Paradis telle qu'elle est présentée ici ne conviendra pas à tout le monde. En effet, le Jardin d’Éden est présenté de façon très matérialiste (même si je suis d'accord sur le fait qu'on puisse encore garder une sorte de corps après la mort), ce qui m'a perturbé ici, c'est que la volonté première des défunts est de posséder au 7ème ciel tout ce qu'ils auraient aimé avoir sur Terre(fringues, voitures, maisons etc.) alors que l'ordre premier dans la spiritualité (en général) c'est d'apprendre à se détacher du matériel pour se concentrer sur l'amour véritable.
Bref, le fait que le Nirvana équivaut ici à céder à toutes les volontés ou aux caprices d'un enfant gâté m'a un peu laissé perplexe, mais encore une fois, je le souligne (rappel pour moi-même soi-disant au passage) : il faut prendre certains passages au 7ème degré.
Bon OK, et puis certaines choses m'ont fait agréablement sourire donc... Oui, il y a un côté agréable d'imaginer que ça puisse être ainsi en fin de compte.
Le personnage d'Alexandra est très bien travaillé. Bon le plus sérieusement du monde, cette fille n'a pas eu une vie malheureuse (courte mais pas malheureuse), la plupart des gens en ce monde aimerait être à sa place et n'avoir qu'à régler le genre de soucis qu'elle a pu rencontrés dans son existence.
Parce que la vie d'Alexandra est assez banale. Certes, c'est un enfant miracle (ses parents ont été déclarés stériles à la base), mais à part ça. . . Et puis elle est super pourrie gâtée et a tout ce qu'elle veut (par ses parents du moins).
Est-elle donc à plaindre ?
Oui tout de même car l'auteure nous prouve dans ce roman que l'argent et le matériel ne font pas du tout le bonheur. Certes Alex est une « gosse de riche », mais elle n'en est pas plus heureuse pour autant.
Alors oui, le côté matérialiste a vraiment une part énorme dans ce roman. Il est énormément question de fringues par exemple. Alexandra est une fille donc elle ne vit que pour la mode et les vêtements (désolé pour le cliché, mais ce n'est pas moi qui le fait !).
Cependant, l'auteure apportent ces faits avec beaucoup d'humour et de dérision.
L'intérêt dans ce genre de roman, c'est de pouvoir sublimer une vie banale.
Mission réu
ssie ici ! Bravo Adena Halpern !

Enfin, je tiens à souligner également qu'en période de deuil, ce livre peut aider (quelques soient les croyances de chacun car Adena Halpern n'insiste pas sur les religions).

Ce livre est très positif !

Et oui, il m'a fait sourire et oui, il a réussi à me toucher ! Une jolie découverte !

Note globale : 16/20

Publié dans Auteur Lettre H

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article