L'Ombre du Manitou de Graham Masterton

Publié le par Jean-Louis Dragon

L'Ombre du Manitou de Graham Masterton

Mode PAL Livre lu en 2015 - Éditions Bragelonne (Couverture de l'édition Poche Milady)

Nombre de pages : 536

ISBN-10: 2724281896

ISBN-13: 978-2724281897

Présentation de l'éditeur :

Pour marquer son retour, Misquamacus a décidé de ne pas lésiner sur les moyens et de frapper fort. De Las Vegas à New York, des villes entières sont aspirées sous terre par une magie plus vieille que l'humanité. Grâce à un pacte avec Aktunowihio, dieu des ténèbres, le redoutable sorcier indien est déterminé à faire disparaître de la surface de la planète toute trace de l'envahisseur blanc.
Afin d'éviter l'apocalypse, Harry Erskine, le voyant préféré des vieilles dames, devra traquer et affronter Misquamacus sur son territoire, dans le Grand Dehors, la contrée des morts...

Mon avis :

L'horreur à l'état pur, voilà ce que nous offre ce roman.

Les passages horrifiques sont saisissants et nous atteignent jusqu'au plus profond de nos tripes.

Oui, « L'Ombre du Manitou » nous retournent les sens aussi facilement que l'on retournerait un gant.

Oui, ce roman est un véritable roman d'horreur comme on les aime !

Au niveau de l'intrigue, Masterton prend beaucoup de liberté puisqu'il ressuscite des personnages qui avaient péri dans le premier volet.

Mais c'est ça la magie de l'écriture ! Et c'est là qu'on touche aussi un point important que beaucoup de lecteurs ont tendance à oublier : les romans en général ne sont que des œuvres de fiction !

Pour ma part, je n'ai pas été perturbé par ce fait. Pour moi dans les romans comme dans la vie, tout est possible !

Pour continuer avec l'intrigue, cette dernière nous happe dès les premières pages. Certes, peut-être que l'excès de violence nous aide aussi à en prendre plein les mirettes !

Sinon comme pour « Manitou » et « La Vengeance de Manitou », on retrouve évidemment le personnage d'Erskine, toujours aussi loufoque, décalé, dans son monde, sympa mais un peu gauche au premier abord. Un véritable anti-héros donc à qui je ne confierai personnellement même pas mon chien à garder.

Même si en fin de compte, je me suis bien identifié au personnage puisque je m'y suis retrouvé sous certains aspects (n'ayez crainte, si vous me confiez votre chien, il sera bien gardé... ou peut-être l'inverse).

L'histoire tient très bien la route, on retrouve bien sûr le sujet brûlant des Indiens d’Amérique qui au fil des siècles ont vu leurs peuples peu à peu décimés par les conquérants venus d'Europe.

D'où encore une fois, Misquamacus qui s'obstine à vouloir se venger de l'homme blanc.

Ce troisième volet met encore plus l'accent sur les problèmes raciaux qu'ont connu au cours du 19ème siècle les États-Unis. Les afro-américains rejoignent les natifs américains pour une vengeance terrible nourrie par les souffrances endurées (nous sommes ici en présence d'un karma commun à un peuple) et le méchant Manitou en profite pour tenter de mettre fin une bonne fois pour toute à la civilisation de l'homme blanc.

Et faut-il aussi rappeler la référence à Lovecraft et au mythe du Grand Cthulhu ? On nage en plein dedans ici !

Si le livre nous contente par son nombre de pages, le dénouement final m'a paru assez rapide. Faut-il dire qu'on n'a pas trop le temps de dire « ouf » et qu'on ne s’ennuie pas une seule seconde.

Et je n'ai pas été déçu par cette fin. Donc tout va bien.

Au niveau de l'écriture, la patte de Masterton est bien présente et totalement maîtrisé (on est loin des maladresses du premier volet). L'auteur oscille entre le point de vue d'Erskine (1ère personne du singulier) et utilise aussi la 3ème personne du singulier pour raconter les passages auxquels son personnage principal ne prend pas part.

Une liberté de narration totale donc, peu de contrainte et c'est pas plus mal pour le lecteur !

Cela donne aussi beaucoup de rythme.

Pour finir, « L'Ombre du Manitou » est pour moi le volet le plus abouti de la trilogie de base.

Une véritable référence pour le roman d'horreur !

Note globale : 19/20

Publié dans Auteur Lettre M

Commenter cet article